L'abbaye Saint-Félix de Montceau est une ancienne abbaye située sur le massif de la Gardiole, sur la commune de Gigean, dans le département de l'Hérault.

 

L’abbaye de moniales Bénédictines de Saint-Félix de Montceau des XI° et XIII° siècles surplombant le village de Gigean, a été fondée en 1092.  Dépendante de l’évêché de Maguelone, elle a rapidement prospéré grâce aux legs, terres, vignes, granges … et surtout à l’appui des divers Papes qui la protégèrent au vu de leur grande piété. La peste et les passages des grandes compagnies des bandes de Routiers, pillant, tuant et incendiant l’abbaye, furent la cause de son abandon en 1514, pour aller s’abriter derrière les remparts du village de Gigean.


Tel un vaisseau immuable, l'Abbaye Bénédictine Saint-Félix de Montceau dresse ses ruines altières au milieu d'un océan de verdure. Sentinelle de la foi, témoin de l'histoire et merveille d'architecture, elle émerge fièrement au beau milieu d'essences odoriférantes. Malgré les injures des temps et des hommes, son ossature nous rappelle qu'une communauté de religieuses décida au XI° siècle de vivre dans ce lieu paisible.


Le silence et la solitude, mais surtout l'eau furent prépondérants pour le choix de son implantation. Au XI° siècle fut fondée une abbaye d'architecture romane doublée au XIV° siècle d'une église gothique. Du fait des guerres, épidémies, baisse des vocations et pour des raisons pratiques, les religieuses, au XVI° siècle, décidèrent de s'établir dans la vallée, laissant l'abbaye à l'abandon. Elle servit de prison, de carrière aux gens du cru, voire aux moniales elles-mêmes pour la construction et l'agrandissement de leur nouveau habitat, situé en contrebas de la Gardiole, dans le village de Gigean.


Par la suite, ce site voué au culte ne fut plus utilisé. La nature et l'homme lui vouèrent une haine féroce. Aujourd'hui, les ruines séculaires, situées à 2 km au sud-est de Gigean font l'objet d'une compétente et bénévole restauration depuis 1970.


34 - Gigean - Saint-Félix de Montceau : Plan de l'abbaye - France
34 - Gigean - Saint-Félix de Montceau : Plan de l'abbaye

 

L'Abbatiale, orientée Est - Ouest, n'a pas révélé la date exacte de la construction. Toutefois, le bâtiment nous paraît être de la fin du XIII° siècle, voire au tout début du XIV° siècle. Les dimensions de la nef sont de 24,35 mètres de long sur 8,10 mètres de large et 13 mètres de haut environ. Quant à l'épaisseur de ses murs, elle atteint 1,85 mètres pour arriver à certains endroits à 2,25 mètres.

 

La foule de visiteurs ou touristes venant visiter l'Abbaye Saint-Félix de Montceau, n'ont d'yeux que pour l'Abbatiale ou pour le Site. Certes, l'architecture ostentatoire de l'église gothique efface la petite chapelle romane, sur laquelle pourtant les bâtisseurs ont appuyé l'édifice grandiose. Rares sont les personnes découvrant là l'évocation du premier culte chrétien de la communauté religieuse Bénédictine. Les compagnons qui ont construit cette chapelle romane ont eu la même difficulté que leurs frères, deux siècles plus tard, pour l'édification de l'Abbatiale gothique.


Pourtant ils auraient pu construire la chapelle romane plus loin ou plus près. Ceci s'avéra impossible, non sur le plan architectural mais spirituel. En effet, un oratoire wisigothique existait depuis le VII° siècle environ, dédié à Saint-Félix de Gèrone, de la province Espagnole. N'oublions pas que les Wisigoths ont parsemé notre région de noms de Saints Espagnols tirés de leur missel : St Félix, Ste Eulalie. Sur cet oratoire fut édifié plus tard une construction carolingienne.

34 - Gigean - Saint-Félix de Montceau - France
[NU001-2017-499] 34 - Gigean - Saint-Félix de Montceau : Chevet de l'abbatiale

 

 

 

 

 

 

 

 

Le chevet de l'Abbatiale comporte une série de contreforts plus étroits et plus rapprochés. De même conception que les autres, ils encadrent trois fenêtres tréflées. Là aussi, des glacis ont été aménagés pour l'évacuation rapide des eaux de pluie, dans le dessein de protéger la façade. Nous les trouvons non seulement sous les fenêtres mais également au bas du chevet, d'où est construite une barbacane, destinée à évacuer les eaux de pluie du cloître et les ablutions du prêtre.

34 - Gigean - Saint-Félix de Montceau - France
[NU001-2017-524] 34 - Gigean - Saint-Félix de Montceau : Façade Nord de l'abbatiale (vue partielle)

 

La face Nord de l'Abbatiale, la plus belle, comporte une série de cinq contreforts larges et peu saillants. Chaque contrefort a été évidé en son sommet pour permettre l'écoulement des eaux de pluie. On aperçoit aujourd'hui les restes des chéneaux qui se terminaient par des gargouilles.

Un bandeau étroit avec glacis décore à mi-hauteur ce côté de l'édifice. Des trous çà et là représentent l'emplacement de boulins, d'autres sont l’œuvre de vandalisme. Il est à noter que toute l'assise de l'Abbatiale repose sur d'énormes blocs de pierres froides. A la retombée de ce bandeau, les contreforts s'élargissent pour supporter la poussée de la voûte et, d'autre part, pour contrecarrer la déclivité du sol vers le Nord et l'Ouest.

34 - Gigean - Saint-Félix de Montceau - France
[NU001-2017-523] 34 - Gigean - Saint-Félix de Montceau : Portail de la façade Nord


Les fenêtres hautes et étroites, présentent des arcs trilobés. Seule la fenêtre située au-dessus du porche d'entrée est plus courte pour permettre la réalisation d'un large glacis, destiné à la protection du portail du ruissellement des eaux de pluie. Ce dernier chef d’œuvre du monument s'ouvre au Nord.

 

Pour quelle raison ? Caprice des bâtisseurs ? Meilleure assise de l'édifice ?
Non, tout simplement, impossibilité de créer une porte côté Sud, car la chapelle romane existante n'offrait aucune possibilité esthétique et architecturale à la réalisation d'une porte monumentale gothique. En outre, la configuration du terrain rendait impossible l'ouverture d'une autre porte dans le mur occidental, sans affaiblir l'édifice, voire le déséquilibrer à brève échéance. Il ne faut pas non plus oublier que ce portail Nord était la "Porte des morts", par laquelle on amenait la moniale à sa dernière demeure, dans le cimetière attenant.

Ce portail, transition entre la fin du roman et la naissance du gothique (tardif dans le Midi), est d'une remarquable facture. Les voussures à profil torique encadrent un tympan sans ornements. Leurs retombées reposent de chaque côté sur six colonnettes à chapiteaux évasés, décorés d'une simple moulure, surmontés d'un bandeau. La dernière archivolte remonte sur des minces culs de lampe.


Le perron, mis au jour en 1980, a été restauré et mis en valeur. Il se présente actuellement dans son état primitif. Il se compose de quatre emmarchements en demi-lune et de cinq marches droites. Son diamètre est de six mètres. Nous trouvons là un mélange d'architecture assez insolite, mais encore une fois, il fallait s'adapter aux caprices du terrain.

34 - Gigean - Saint-Félix de Montceau - France
[NU001-2017-520] 34 - Gigean - Saint-Félix de Montceau : Façade Sud de l'abbatiale

 

La façade Sud est un mélange romano-gothique . En effet, une grande partie de la construction repose sur les solides assises de la chapelle romane. Le souci d'économie et les bâtiments existants permirent à l'architecte une réalisation esthétique et durable. Des trous de boulins et d'opes démontrent la multiplicité des travaux réalisés au cours des différents siècles. Les encrages des toitures des couloirs menant aux dortoirs, de la salle capitulaire, des dortoirs eux-mêmes sont bien visibles.


Un clocheton avec un escalier hélicoïdal, dont il ne reste que quelques vestiges, accédait sur les voûtes de l'Abbatiale. Nous notons la présence de trois contreforts tout à fait différents des autres parties du monument, par l'apport de constructions antérieures. Plus minces et engagés dans la façade, ils n'ont d'utilité que dans leurs parties supérieures. Quatre fenêtres de tailles différentes éclairaient la nef. Chacune ayant été modifiée selon la fonction de l'habitation se trouvant au-dessous.

34 - Gigean - Saint-Félix de Montceau - France
[NU001-2017-526] 34 - Gigean - Saint-Félix de Montceau : Façade occidentale de l'abbatiale (vue partielle)

 

 


La façade occidentale, la plus haute, (14 mètres), présente deux larges contreforts et une rosace désaxée . En effet, la déclivité du sol vers le Nord et la construction des dortoirs, amenèrent les constructeurs à décaler le contrefort droit pour supporter la poussée de l'église et des bâtiments. Mais cette rosace se trouve bien sûr au milieu à l'intérieur de la nef.


L'Enfermerie

 

La vie des moniales de Saint-Félix a du connaître un certain désordre un moment donné, puisque le 4 juin 1332, Jean de Vissec, Évêque de Maguelone, monta à l'Abbaye pour y porter une ordonnance visant à rétablir une vie plus conforme aux règles d'un monastère. Il interdit notamment aux moniales de Saint-Félix "d'assister aux veillées des militaires, aux noces, de chanter des chansons légères, conduire des danses et prononcer publiquement des paroles déshonnêtes, ainsi que cela s'est produit quelquefois, comme on nous l'a affirmé, au mépris de Dieu, au scandale de plusieurs et au péril des âmes".

 

De cet écrit naîtra une maxime : " Saint-Félix de Montceau, douze nonnes, treize berceaux ". Les moniales avaient-elles fauté avec des hommes ou des soldats ? Aucun ossement de nourrisson n'a été découvert.

 

Par contre Il existait bien une cellule appelée "l'Enfermerie", pour enfermer les religieuses qui avaient outrepassé gravement la règle communautaire.



Le Jardin des moniales

 

Herbularius : Les plantes médicinales sous l'appellation de "Simples" attestent de la connaissance des Ordres Monastiques dans le domaine médical. Elles occupent une grande place dans le Jardin des Monastères.

 

Hortus : Jardin potager ; il devait assurer l'essentiel de la nourriture de la Communauté Religieuse.

34 - Gigean - Saint-Félix de Montceau - France
[NU001-2017-509] 34 - Gigean - Saint-Félix de Montceau : Le Jardin des senteurs

Le Jardin des senteurs

 

La configuration circulaire symbolise le Ciel ; le Carré évoque la Terre ; la Croix évoque les 4 axes du Monde ou les 4 Fleuves de l'Eden ; au centre, l'Arbre de Vie ; les fleurs louent la Bonté du Seigneur.

 

But et symbolique :

Lieu de recherche et de méditation ; peut être lu au niveau Botanique, Historique, Métaphysique ; lieu de dialogue entre Dieu et l'Homme.

 

Préfiguration du Paradis : Permet le passage de la Terre au Ciel.


La magie de ce site est retranscrite à travers ces mots : " Promeneur, arrête toi un peu, repose toi, pense à toi et tu seras le maître de ta vie. Ne cours pas après elle, mais profite du jour présent " et " La terre et le ciel se rejoignent comme l'ombre et la lumière. L'ombre permet de méditer. La lumière permet de remercier ".


Un commentaire ?

Un formulaire est à votre disposition :-)



Sources

 

Textes :

Abbaye St Félix de Montceau, Association de sauvegarde, 37 rue Caraussane 34200 Sète

Gigean, L’abbaye Saint Félix de Montceau, ville-gigean.fr

Le vaisseau de pierre à Gigean (34), petit-patrimoine.com
 

Plan :

Histoire de l'abbaye de Gigean (Saint-Félix de Montceau), Emile Hollier, 1922

 

Photos numériques :  2017