Les oasis de Temacine et Tamelhat sont situées à une quinzaine de kilomètres au Sud de Touggourt.

 

Temacine

Petite localité et belle oasis de 110 000 palmiers (1977).

L'agglomération, de loin, à l'allure d'une forteresse ; des troncs de palmiers enchevêtrés forment les fondations des anciennes fortifications qui l'entourent.

En pénétrant dans le ksar, on peut voir de belles rues couvertes ainsi que le minaret en briques de la mosquée ; haut de 22 mètres, il fut élevé en 1431 par Si El Hadj, roi de Temacine. Les briques et autres matériaux de construction qui le composent ont été importés de Tunisie.

 


Tamelhat

Ksar et oasis de 88 000 palmiers (1977).

 

Contrairement à Temacine, Tamelhat semble un village abandonné, ou plutôt endormi, comme le serait le pays de "la Belle au bois dormant". Au hasard d'une promenade à travers les rues qui sont pour la plupart couvertes, l'ensemble, qui tombe malheureusement en ruines, paraît attendre une réanimation : on remarquera de jolies maisons aux portes anciennes, parfois ornées de façades finement décorées, percées de fenêtres grillagées, ou surmontées de loggias aux coupoles délicatement ouvragées. ... A l'extrémité d'une rue couverte débouchant sur la palmeraie, une ancienne maison particulière, dont on aperçoit encore trois salles à coupoles peintes, disposait d'un bain privé avec son dispositif de chauffage sous l'une des salles.

 

A peu près au centre de la petite ville se trouve une ancienne zaouïa fortifiée, filiale de celle d'Aïn Madhi, près de Laghouat, fondée au XVIII° siècle par Si Ahmed El Tedjani. A côté de l'ancienne mosquée édifiée en 1284, une salle abrite le tombeau de Sidi El Hadj Ali, mort en 1260 ; au-dessus du tombeau, belle coupole (XVIII° siècle) ornée de plâtre sculpté et colorié, haute de 15 mètres.




Un commentaire ?

Un formulaire est à votre disposition :-)



Source

Texte :

"Algérie", Les Guides bleus, Hachette, 1977

 

Photos :  1978 - 1990