On ignore la date de la fondation de cette petite cité, située sur la grande voie Carthage - Theveste.

A la fin du II° siècle avant J.-C., Caïus Marius, vainqueur de Jugurtha, y installa sans doute des colons, originaires notamment de Bononia, en Ombrie, qui appartenaient à la tribu Cornelia, la sienne. 

Promue au rang de Municipe, vraisemblablement par Jules César, elle ne fut jamais élevée au rang de Colonie.


Deux arcs (portes) enjambaient la voie Carthage - Theveste à l'entrée et à la sortie de la ville : le plus imposant, récemment réhabilité, est celui situé à l'Est (dit de Gordien III) de Musti.


Musti

 1 : Arc (Porte) dit de Gordien III et Mausolée des Julii
 2 : Thermes
 3 : Marabout de Sidi Abd Rabou
 4 : Boutiques et temple de Cérès
 5 : Temple d'Apollon
 6 : Maison 1
 7 : Maison 2
 8 : Huilerie
 9 : Temple de Pluton
10 : Eglise chrétienne
11 : Forteresse byzantine
12 : Citernes

El Krib - Musti : Vue aérienne du site
El Krib - Musti : Vue aérienne du site

Au fond d'une esplanade dallée, les restes d'un temple d'Apollon, construit en bel appareil et pourvu d'une abside, voisinent avec ceux d'un temple de Cérès érigé sur des substructions qui comportaient une galerie à piliers le long d'une rue transversale : celle-ci a conservé la plus grande partie de son dallage.

 

En arrière, vestiges d'une vaste maison romaine, d'une huilerie de basse époque et d'un temple de Pluton, datant peut-être de l'époque des Sévères (fin II° siècle - début III° siècle).

 

En laissant à gauche les fondations d'une basilique à trois nefs d'époque byzantine, on atteint sur une petite hauteur, les restes importants d'une forteresse byzantine construite avec des matériaux empruntés aux monuments romains de la ville. A l'intérieur, trois imposantes citernes sont visibles sur la droite de l'entrée.

A la sortie de Musti, en direction de Carthage, se dresse l'arc dit de Gordien III - qu'une inscription découverte vers 1967 date exactement de l'année 239 (Pro salute Imp. Caes. M. Antoni Gordiani Pii Felicis Aug., p. p., trib. pot. II, cos., procos.). L'arc en question est, en réalité, une porte de la ville, et il est maintenant assuré que cette porte a été construite à la limite Est du territoire municipal.



Un commentaire ?

Un formulaire est à votre disposition :-)



Sources

Textes :

"Tunisie", Les Guides bleus, Hachette, 1977

Azedine Beschaouch, Le territoire de Sicca Veneria (El-Kef), nouvelle Cirta, en Numidie proconsulaire (Tunisie),

                                           Comptes rendus des séances de l'Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 125, 1981

Plan :

Musti , zaherkammoun.com

 

Photos : 1978 - 1983