KARNAK


Trois chapelles osiriennes sont situées au Nord de la grande salle hypostyle de Karnak, le long d'une voie dallée menant au temple de Ptah.


Ces trois édifices ont été construits à l'initiative des Divines adoratrices d'Amon des XXV°-XXVI° dynasties, princesses royales placées successivement par les pharaons kouchites et saïtes à la tête du domaine d'Amon et qui ont particulièrement développé, au sein de celui-ci, les cultes osiriens. La chapelle la plus ancienne date de la fin de la XXV° dynastie, sous le règne de Taharqa et le pontificat de la Divine Adoratrice Chepenoupet II. Les deux autres (dont la chapelle d'Osiris Ounnefer «maître des aliments») ont été érigées à l'initiative de la Divine Adoratrice AnkhNesNeferibRê sous les règnes d'Amasis et de Psammétique III, entre 570 et 526 av. J.-C.



Karnak - Sanctuaires osiriens (vue partielle du site) - Chapelle d'Osiris Ounnefer neb djefaou
Karnak - Sanctuaires osiriens (vue partielle du site)

Karnak : La chapelle d’Osiris Ounnefer Neb-djefaou

 

La chapelle d’Osiris Ounnefer Neb-djefaou «maître des aliments», décorée au nom du roi Amasis et de la divine adoratrice Ankhnesneferibrê au VI° siècle av. J.-C., présente la particularité, au sein de l’ensemble des édifices osiriens de Karnak, d’être conçue comme un conservatoire du « fétiche abydénien ». Sur la façade du naos sont représentés huit dieux-gardiens chargés de la protection de ce reliquaire de la tête d’Osiris. Fondée sur des relevés complets et la collecte des parallèles, notamment à Abydos ou à Hibis, l’étude épigraphique de la chapelle, en cours de publication, a démontré le lien étroit que ce lieu de culte entretient avec la théologie osirienne d’Abydos, qui abrite, entre autres, un « château des aliments » associé à la relique de la tête. Parallèlement, l’étude archéologique entreprise depuis 2000 a permis de mieux comprendre la structure de l’édifice, notamment l’enceinte de briques crues qui la délimite et les pièces annexes qu’elle enserre, mais surtout sa relation avec la voie processionnelle dallée qui la dessert et se poursuit vers le temple de Ptah et probablement vers les chapelles osiriennes de Karnak-Nord. Grâce à l’étude stratigraphique et céramologique, la voie a été datée de l’époque saïte ; elle participe d’un programme architectural d’ampleur visant à créer un réseau reliant plusieurs chapelles conçues comme autant de stations.

Ce chemin processionnel dessert de la même façon les chapelles adjacentes à la chapelle d’Osiris Ounnefer Neb-djefaou. La plus récente, la chapelle d’Osiris Neb-neheh, également édifiée par la divine adoratrice Ankhnesneferibrê, a fait l’objet en 2007 d’un premier nettoyage de surface, visant à sauvegarder les blocs épars et à permettre un relevé architectural. Cette opération a donné lieu à la découverte d’une quantité importante d’Osiris en bronze et d’éléments statuaires du même type. Quant à la petite chapelle kouchite dédiée à Osiris Neb- ânkh / pa-ousheb-iad, la restauration en a été effectuée en collaboration avec une équipe du Cfeetk. L’opération a permis de dégager un certain nombre de remplois, mis en place lors d’une réfection postérieure de la chapelle, notamment un linteau de Néchao II.

 

La chapelle d’Osiris Ounnefer Neb-djefaou («maître des aliments») est l’un des quelques édifices de Karnak qui, à la XXVI° dynastie, ont été consacrés au dieu du royaume des morts à l’initiative des Divines Adoratrices, poursuivant en cela une tradition née avec la Troisième Période intermédiaire.
Erigée sous le règne d’Amasis par AnkhNesNeferibRê, fille de Psammétique II, qui succède à Nitocris dans la fonction d’épouse d’Amon, elle s’ouvre sur la «rue» qui mène de la grande salle hypostyle au temple de Ptah, en jouxtant, au Sud, une chapelle datant elle aussi d’AnkhNesNeferibRê, et au Nord la chapelle éthiopienne dédiée à Osiris sous sa forme de « maître de vie » et de « celui qui protège le malheureux ».


Karnak : La chapelle des divines adoratrices Nitocris Ire et AnkhNesNeferibRê (XXVI° dynastie)

 

Nitocris I est la dixième Divine Adoratrice d'Amon. Elle est Princesse Saïte, fille de Psammétique I et de la Reine Mehetenousékhet. À partir de 656, elle va partager la fonction avec Chepenoupet II qui l’avait adoptée et Aménirdis II, fille de Tahaqa, à qui elle va succéder et enfin en 595 avec AnkhNesNeferibRê. Elle bénéficie d'un lieu de culte funéraire dans l'enceinte de Médineh Habou qui est associée à celui  de sa mère. Elle apparaît aussi, sur des reliefs dans le secteur Karnak Nord. Elle meurt en l'an 3/4 du Pharaon Apriès (589-570), après un très long règne.

 

Sur sa stèle d'adoption, qui est érigée à Karnak, sont inscrits tous les évènements de sa vie. C'est en l'an 9 du règne de son père, en 655, que Nitocris quitte le palais royal de Saïs pour rejoindre Thèbes qu'elle rejoindra en seize jours. Quand Chepenoupet donna rituellement à Nitocris I tous ses biens, Thèbes reconnut l'autorité du Roi Psammétique I. En prenant ses fonctions, Nitocris I incarnait l'unification de la Basse et de la Haute Égypte et par cet acte politique recréait l'ordre dans le royaume, après une période de troubles. Elle a régné pendant une période de plus de soixante-dix ans, entre 655 et 585 avant J.-C.. La dernière grande divine adoratrice d’Amon fut AnkhNesNeferibRê, fille de Psammétique II.

Porte d'accès à la chapelle :
- Montant droit : AnkhNesNeferibRê accueillie par le dieu Amon,
- Montant gauche : Le pharaon Psammétique III fait une offrande au dieu Amon.


Un commentaire ?

Un formulaire est à votre disposition :-)



Sources

Textes :

La Chapelle d'Osiris Ounnefer Maître des aliments, Laboratoire HISOMA

Les pharaons saïtes et les chapelles osiriennes, Auguste Culnaert, Association Egyptologique de Gironde, 2012

 

Texte/Plan :

Karnak - sanctuaires osiriens, Institut français d'archéologie orientale
 

Photos (Jacques et Simon VONBANK) : 1973


Karnak - Plan du site
Karnak