Situé à 900 mètres d'altitude, à environ 50 kilomètres au Nord de Timgad, le Medracen est un vaste mausolée en forme de tumulus construit par quelque roi du pays, antérieurement à la conquête romaine : les éléments gréco-puniques de l'architecture et l'importance du monument font attribuer celui-ci à Micipsa, fils de Massinissa, au début du II° siècle av. J.C..

Comme le Tombeau Royal Maurétanien, il est composé d'un cylindre (59 mètres de diamètre) surmonté d'un cône à gradins (20 mètres de hauteur). L'extérieur est encore assez bien conservé. Le cylindre est orné de soixante colonnes engagées d'ordre dorique et couronné d'une corniche de style punique.

 


Medracen : Plan du mausolée
Medracen : Plan du mausolée

 

L'entrée, fort étroite, autrefois fermée par un système de dalle coulissante, aujourd'hui gênée par des éboulements, se trouve à l'Est, au bas des gradins, et à 6 mètres au-dessus du niveau du sol. Un long couloir conduit à une petite salle établie au centre du monument, où l'on a presque rien trouvé lors des fouilles, faites à plusieurs reprises de 1849 à 1873. Il est probable cependant que c'était le monument funéraire.

Le Medracen, d'une belle architecture, paraît plus ancien que le Tombeau Royal Maurétanien. Il est entouré de tombes grossières, amas coniques de pierres, s'étant constituées en nécropole autour du monument.

 



Les principales voies de communication romaines

Medracen - Lambèse (Lambaesis) - Markouna (Verecunda) - Timgad (Thamugadi) : Les voies de communication romaines

Medracen - Lambèse (Lambaesis) - Markouna (Verecunda) - Timgad (Thamugadi)


Un commentaire ?

Un formulaire est à votre disposition :-)



Sources

Texte :

"Algérie", Les Guides bleus, Hachette, 1977

 

Carte/Plan :

Digital Atlas of the Roman Empire, Lund University, Sweden

Architecture funéraire et pouvoir : réflexions sur l'hellénisme numide, Filippo Coarelli, Yvon Thébert,

                                                                                 In: Mélanges de l'Ecole française de Rome. Antiquité, tome 100, n°2, 1988

 

Photos : 1978 - 1979