Galerie en cours de construction


Algérie

L’Aurès ou les Aurès ?

L’Aurès et les Aurès ? Question qui peut paraître incongrue puisque tous les auteurs, qu’ils soient géographes (E.F. Gautier, A. Bernard, J. Despois, R. Raynal) géologues (E. Dalloni, R. Laffite), sociologues (M. Gaudry, Th. Rivière) ou historiens (S. Gsell, Ch.-A. Julien, J. Carcopino) ont toujours écrit l’Aurès, au singulier. L’exemple venait de loin puisque même E. Masqueray, qui croyait à l’existence de deux Aurès, n’a toujours parlé que du Djebel Aouras et de l’Aurès.

Cependant les Français établis en Algérie, particulièrement ceux qui habitaient au voisinage du massif, disaient volontiers « les » Aurès, sans donner la moindre explication de l’usage de ce pluriel, vraisemblablement introduit par la présence du « s » final et peut-être aussi par l’analogie avec « les » Némencha tribu voisine qui donna son nom aux chaînons et moyennes montagnes situés plus à l’est, jusqu’à la frontière tunisienne.

Ce pluriel que l’on serait tenté d’appeler populaire fut, bien évidemment, adopté d’emblée par les militaires français au cours de la guerre d’indépendance. Mais même si cette formulation plurielle eut la préférence des cinéastes, elle n’en demeure pas moins fautive ou du moins discutable, aussi nous semble-t-il difficile de suivre J.-L. Ballais, éminent auteur de la thèse d’État la plus récente sur l’Aurès, dans sa tentative de promouvoir un pluriel porté... par le « vent des Aurès ».

 


La Kabylie

 

En raison des différences topographiques et climatiques dont elle est le cadre, la Kabylie possède une grande diversité d'espèces dont certaines sont endémiques. Elle abrite trois des huit parcs nationaux de l'Algérie septentrionale : le parc national du Djurdjura, le parc national de Gouraya à l'ouest de Béjaïa et le parc national de Taza, sur la Corniche kabyle, entre Béjaïa et Jijel. Ces aires protégées ont été classées par l'UNESCO dans les « réserves de biosphère mondiales », zones modèles visant à concilier conservation de la biodiversité et développement durable.

La végétation, principalement méditerranéenne, prend les formes du maquis et de la forêt. Celle du parc du Djurdjura se compose en majorité d'une combinaison, variable selon l'altitude, de chênes verts et de cèdres de l'Atlas. Elle illustre les trois types d'essences méditerranéennes qui composent les forêts kabyles : essences à feuilles persistantes, dont les principales sont le chêne vert, le chêne-liège et le houx ; essences à feuilles caduques, au nombre desquelles l'érable à feuille obtuse, l'érable de Montpellier, l'érable champêtre, le merisier et le chêne zéen ; essences résineuses, telles le cèdre de l'Atlas, le pin noir, le pin d'Alep et l’if. Les forêts qui constituent le parc, comme celles d'Aït Ouabane et de Tigounatine, comptent parmi les plus riches de la région.

On retrouve dans le parc de Taza le chêne zéen et le chêne-liège, qui constituent avec le chêne afarès les essences principales de la forêt de Guerrouche. Le parc de Gouraya se singularise par la présence d'euphorbes, très menacées ; on y trouve également des formations de garrigue où se côtoient le chêne kermès et l'olivier sauvage, accompagnés de quelques spécimens de pin d'Alep, de genévrier et d'absinthe.

S'agissant du chêne-liège, et dans un pays qui représente lui-même plus de la moitié de la superficie occupée par cette essence sur la rive Sud de la Méditerranée, la Kabylie et l'ensemble du Nord-Est algérien constituent la région des plus grandes subéraies : elles s'y étendent, le long du littoral, depuis Alger jusqu'à la frontière tunisienne et du bord de mer jusqu'à 1200 mètres d'altitude. La seule wilaya de Jijel peut atteindre jusqu'à 50 % de la production nationale de liège.

Les massifs kabyles abritent de nombreux mammifères sauvages parmi lesquels le macaque berbère (ou singe magot), espèce endémique d'Afrique du Nord, la mangouste, le chacal doré, la genette, le porc-épic, le sanglier, le chat sauvage et autrefois le lion (présence signalée jusqu'au début du XX° siècle) ; la hyène rayée, la belette, le renard roux, le lièvre brun et le hérisson d'Algérie sont signalés dans les parcs du Djurdjura et de Taza, le lapin de garenne à Taza et Gouraya et le lynx caracal à Gouraya et dans le Djurdjura, où la présence du serval est également probable. Les sommets de la région sont le gîte de plusieurs espèces de rapaces dont l'aigle de Bonelli, le vautour fauve, la chouette hulotte et le hibou grand-duc ; dans le Djurdjura se rencontrent encore le gypaète barbu et le percnoptère d'Égypte ; l'aigle royal et le faucon crécerelle sont également présents à Taza ; et la buse féroce, signalée aussi à Gouraya. Les hauteurs de Petite Kabylie abritent en outre la sittelle kabyle, espèce de passereau endémique qui n'a été découverte qu'en 1975, sur le mont Babor, et retrouvée plus récemment, en 1989, dans la forêt de Guerrouche. La salamandre algire, amphibien vulnérable, est présente dans le parc du Djurdjura.


Les oasis

 

Dans l’immensité du Sahara mais aussi aux portes du désert, les oasis surnommées  « îles du désert » sont nombreuses et classées parmi les plus belles au monde. Parmi ces oasis figurent Bou Saada, « la cité du Bonheur » où vécut le peintre Etienne Dinet, Biskra, « la reine des Zibans », Tolga,  la plus importante oasis des Zibans, réputée pour la qualité de ses dattes, la « Deglet Nour » (les doigts de lumière),  El Oued, la « ville aux mille coupoles », Touggourt, la région des dunes (Nord du Grand erg oriental), Ouargla, l’immense oasis dont la palmeraie compte plus d’un million de dattiers, Ghardaïa, la ville en forme pyramidale (fondée en 1053) et Laghouat, l’authentique porte du désert (située à 400 kilomètres de la capitale). Taghit, véritable joyau du désert, est la palmeraie la plus célèbre du pays.

 

Sans oublier Djamaa, El Menia, Sidi Okba, Timimoun, Temacine & Tamelhat, ...

 

Des palmiers, un oued, une ville… L’oasis.

Dans toute oasis, certaines images se retrouvent et, d’un bout à l’autre du Nord Sahara, se déroulent pratiquement les mêmes scènes et types. Et pourtant il n’y a pas deux oasis semblables. Non seulement le décor – montagnes, dunes ou gorges – est propre à chaque site, mais la couleur du sol, l’architecture des maisons, les souvenirs historiques, les procédés d’irrigation, les habitudes économiques, les transformations dues à l’avion, à la route, aux hydrocarbures sont des facteurs contribuant à définir pour chaque oasis une personnalité propre.



Algérie

Aurès
Aurès
Corniche kabyle - Kabylie - Algérie
Kabylie - La Corniche
Oasis - Biskra
Oasis - Biskra
Oasis - Ghardaïa
Oasis - Ghardaïa
Oasis - Timimoun
Oasis - Timimoun
Aurès - Menaa
Aurès - Menaa
Kabylie - Kherrata
Kabylie - Kherrata
Oasis - Djamaa
Oasis - Djamaa
Oasis - Sidi Okba
Oasis - Sidi Okba
Oasis - Tolga
Oasis - Tolga
Aurès - Rhoufi - Ghoufi
Aurès - Rhoufi
Kabylie - Tikjda
Kabylie - Tikjda
Oasis - El Menia - El Goléa
Oasis - El Menia
Oasis - Taghit
Oasis - Taghit
Oasis - Touggourt
Oasis - Touggourt

 

Oasis - El Oued
Oasis - El Oued
Oasis - Temacine - Tamelhat
Oasis - Temacine - Tamelhat
Oasis et désert
Oasis et désert


Tunisie

Le village de Takrouna en Tunisie est d'origine berbère et son nom actuel est très probablement lié à une tribu qui a émigré en Andalousie au VIII° siècle et donné son nom, Ta Kurunna, à une région montagneuse dans les environs de Malaga. À la suite de l'expulsion des Maures, en 1609, une famille d'immigrants se serait installée dans le village et lui aurait donné son nom.

Y habitent encore six familles d'origine berbère, vivant de l'agriculture, du tissage de l'alfa et des tapis berbères, ainsi qu'une famille d'origine andalouse.

 

Tunisie

Takrouna
Takrouna


...



Un commentaire ?

Un formulaire est à votre disposition :-)



 Sources

Textes :

E.B. et J.-L. Ballais, « Aurès », Encyclopédie berbère, Tome 7 (Asarakae – Aurès), Aix-en-Provence, Edisud, 1989,

                                                                                                             p. 1066-1095

Algérie : Le plus beau désert du monde, Ont.dz

Kabylie, wikipedia.org

Les oasis, Consulat Général d'Algérie - Paris

Takrouna, wikipedia.org

 

Carte :

L'Afrique du Nord en 1934, Dictionnaire Politique et d'Histoire politique, didier.belair.online.fr


Un commentaire ?

Un formulaire est à votre disposition :-)