Surplombant la mer, les ruines de Sélinonte (Selinunte) sont l’un des sites antiques grecs les plus grandioses du monde méditerranéen et l’un des plus beaux de Sicile. A son apogée (VI° et V° siècles avant J.-C.) l’immense cité comptait plus de 100000 habitants et, deux siècles durant, elle fut l’une des plus riches et des plus puissantes du monde.
Sélinonte
tire son nom de la plante "sélinon", sorte de persil sauvage ou de céleri, choisie comme emblème de la ville et frappée sur les monnaies. La cité fut fondée en 628 avant J.-C. par les habitants de Megara Hyblaea (aujourd'hui Augusta), ville située au Nord de Syracuse.
Sélinonte devint rapidement prospère et chercha à assujettir Ségeste pour avoir un débouché sur la mer Tyrrhénienne, ce qui provoqua l'intervention des Carthaginois et des Athéniens. Alliée à Carthage jusqu'à la bataille d'Himère (-480), Sélinonte devient ensuite une fidèle alliée de Syracuse.


En 409 avant J.-C., Hannibal assiège Sélinonte, la ville est prise et saccagée, 16000 personnes périssent et 5000 autres sont prisonnières. Les temples sont pillés et la ville définitivement détruite en 250 avant J.-C. lors de la première guerre punique.

-----

C'est à Sélinonte que l'idéal grec fut le mieux exprimé et que le style dorique apparaît comme la plus parfaite réalisation dudit idéal.

La zone archéologique se compose de trois zones différentes :

1. A l'Est de l'Acropole de la ville, sur la colline orientale, derrière la rivière Hipsas ou Cotone, l'on peut admirer les restes de trois temples, G, F et E.

2. A l'intérieur de l'Acropole, l'on trouve également les restes de cinq temples, O, C, D, A et B.

3. A l'Ouest, à 800 mètres de l'Acropole, dans la localité de Gaggera, on trouve encore les restes de l'ancien sanctuaire nommé Malophoros, divinité locale que l'on pourrait assimiler à la Déméter des Grecs, et qui se situe à 500 mètres de l'embouchure de la rivière Sélinos ou Modione, sur la route qui conduisait à la grande nécropole de Manicalunga.


Sicile - Sélinonte : Plan du site archéologique
[NU906-2019-1475a] Sélinonte : Plan du site archéologique

Nota : Ne sachant pas exactement à quelles divinités les temples étaient dédiés, les archéologues ont opté pour le système le plus simple pour les nommer et les différencier : les lettres de l’alphabet !


Italie - Sicile - Sélinonte : En arrière-plan, sur la colline orientale, ruines des temples G et F puis le temple E (faces Ouest et Sud)
[C003-2005-10b] Sélinonte : En arrière-plan, sur la colline orientale, ruines des temples G et F puis le temple E (faces Ouest et Sud)

Italie - Sicile : Sélinonte : Plan du temple E dédié à Héra
Sélinonte : Plan du temple E dédié à Héra

Temple E dédié à Héra

(colline orientale)

 

Bâti vers les années 470-460 avant J.-C., ce monument peut être admiré de nos jours, grâce à une anastylose partielle (relèvement des parties tombées) effectuée en 1959 qui a permis de le réintégrer dans le patrimoine culturel mondial.
Le temple, né à la grande époque de l’architecture dorique, lorsque son rayonnement atteignait son point d’orgue, fut érigé sur une plate-forme, composée de quatre marches, mesurant 70,18 mètres de long et 27,65 mètres de large et occupant une surface de 1940,477 m².
L’intérieur reflète la conception des constructions grecques : un profil unique qui sert de cella (naos : 41,34 mètres de long et 11,42 mètres de large), la vraie maison de la divinité, vénérée sous forme de statue, précédée d’une simple antichambre à deux colonnes (pronaos) ou vestibule in antis, suivi dans la partie postérieure par un autre vestibule (opisthodome) qui était la chambre destinée aux gardiens du trésor, des biens votifs et des archives du temple.
Aussi, comme les temples étaient inviolables, beaucoup de gens y déposaient de l’argent et des trésors et nombreux étaient également ceux qui s’y réfugiaient pour exercer leur droit d’asile. L’élégante colonnade, propre aux modèles classiques du style dorique canonique, compte six colonnes sur la largeur et quinze sur la longueur. Chaque colonne mesure 10,19 mètres de hauteur et est formée de six tambours, avec 20 cannelures à arête vive (18 dans celles du pronaos).
Chaque colonne, qui a un diamètre de 2,23 mètres à la base et de 1,81 mètre au sommet, est surmontée d’un carré, dit abaque, placé sur une sorte de moulure ronde appelée échine qui, dans sa partie inférieure, devient de plus en plus étroite afin de s’adapter à l’extrémité supérieure de la colonne.
Le stylobate est formé de quatre marches qui contournent le monument. Dans la partie antérieure, de la moitié de la deuxième colonne à la moitié de la cinquième, il y a un escalier de 11 marches qui mesure 14,15 mètres de longueur.

Le toit, avec un double versant, était couvert de pavés en terre cuite.

Le temple est orienté à l'Est, comme tous les autres, en application de la règle liturgique des Grecs et des Romains selon laquelle l'image de Dieu doit obligatoirement regarder le soleil levant, origine de la lumière et de la vie, surtout pas à l'Ouest, repaire du soleil couchant, qui représente la nuit et la mort.

D'après des études récentes, le temple aurait été dédié à Héra, la Junon des Romains, protectrice des mariages, des amoureux et des femmes enceintes.

 

Italie - Sicile - Sélinonte - Temple E : Actéon dévoré par ses chiens (Métope (E6) encadré de triglyphes)
[NU906-2019-1473] Sélinonte - Temple E : Actéon dévoré par ses chiens (Métope (E6) encadré de triglyphes)

Temple E, Face Est (colline orientale)

Métope (E6) : Actéon dévoré par ses chiens

 

Horrible scène de violence : Actéon est dévoré par ses chiens excités par une Artémis redoutablement calme. On ne sait quel témoignage retenir sur les motifs de l'intervention de la chasseresse. Une version ancienne veut que le héros ait cherché à séduire Sémélé que Zeus réservait pour son lit ; d'autres, apparemment plus tardives, cherchent le motif du drame dans le fait que ce grand chasseur aurait aperçu Artémis se baignant, nue, dans une source : elle aurait rendu les chiens furieux, aurait jeté sur Actéon une peau de cerf, afin d'opérer une véritable métamorphose et de le faire mourir en cerf.

 

Nota : Une métope est un panneau architectural de forme rectangulaire, le plus souvent décoré de reliefs. Elle est située au-dessus de l'architrave, en alternance avec les triglyphes (dans l'ordre dorique). L'ensemble forme une frise.


Italie - Sélinonte - Sélinonte : Plan du temple F dédié à Athéna ou Dionysos
Sélinonte : Plan du temple F dédié à Athéna ou Dionysos

Temple F dédié à Athéna ou Dionysos

(colline orientale)

 

Ce monument occupe un espace rectangulaire assez vaste : 65,76 mètres de longueur et 27,41 mètres de largeur pour une surface de 1802,4816 m².

Ses colonnes, privées de base, dont six ornaient les façades et quatorze les côtés, s'élèvent sur trois marches bien proportionnées qui, pendant l'Antiquité, étaient utilisées en guise de sièges par les participants aux rites des sacrifices. Ces colonnes ont un diamètre de 1,82 mètre à la base, elles mesurent 9,11 mètres de hauteur et compte 20 cannelures.

A l'intérieur du temple se trouvait le naos qui mesure 40,66 mètres de long et 7,11 mètres de large, précédé d'une simple antichambre in antis avec quatre colonnes "pronaos", et munie d'un "adyton", une chapelle destinée à héberger la statue de la divinité.

C'était le seul bâtiment pseudo-périptère, c'est à dire non entouré de colonnes libres, mais de colonnes servant à soutenir un mur continu de 4,70 mètres de haut et de 0,37 mètre d'épaisseur. Chaque panneau avait une architrave et des piliers verticaux afin de donner l'impression d'une succession de portes, même si sur les façades on trouvait de vraies portes.

Malgré la grandeur de cette ruine, on devine aisément que ce qui reste n'est pas grand-chose par rapport à la complexe construction d'antan. Nous déduisons par conséquent qu'une grande partie des matériaux originels a disparu à une période que l'on est incapable de dater.

 


Italie - Sicile - Sélinonte : Plan du temple G dédié à Zeus
Sélinonte : Plan du temple G dédié à Zeus

Temple G dédié à Zeus

(colline orientale)

 

L'inscription dédicatoire trouvée à l'intérieur du temple prouve que le temple était dédié à Zeus. Il était l'orgueil des habitants de Sélinonte qui le construisirent pour remercier Zeus, la divinité la plus importante du panthéon de Sélinonte. Il s'agissait d'un monument à la victoire, et en raison de ses dimensions, il était l'un des temples les plus importants de l'Antiquité.

Les citoyens de la région appellent le site "Les piliers des géants".

L'énorme plateforme rectangulaire s'élèvent sur trois marches, aujourd'hui privée de la grande ruine (huit colonnes ornaient les façades et dix-sept les côtés) mesure 109,12 mètres de longueur (49,97 mètres de largeur) et est antérieure à la conception du Parthénon d'Athènes ; elle exprime l'idéal de l’hellénisme avec une perfection incontestable. La sensation de grandeur que l'on éprouvait en pénétrant dans le temple devait à coup sûr être incroyable.

Les colonnes ont pour diamètre à la base 3,41 mètres et 1,91 mètre en leur sommet ; leur hauteur est de 16,27 mètres et leur circonférence de 10,70 mètres. Quant à la surface de l'abaque (tablette couronnant le chapiteau), elle est supérieure à 16 m². Le naos, qui mesurait 69 mètres de long et 18,81 mètres de large, était séparé de la nef centrale du temple et décoré avec une double file de dix colonnes monolithiques. Il était précédé d'une simple antichambre  in antis avec six colonnes et d'une chapelle destinée à héberger la statue de la divinité. Enfin, dans sa partie postérieure, on trouvait un vestibule (opisthodome) in antis avec deux colonnes.

Deux escaliers appuyés sur les murs conduisaient au surtoit. La construction était, selon toute apparence, dépourvue de toit.

D'après Diodore, la construction commencée autour de l'an 530 avant J.-C. n'était pas encore achevée lorsque Hannibal pilla la ville en l'an 409 avant J.-C.. En réalité, le temple ne fut jamais terminé car beaucoup de colonnes n'ont pas de cannelure et nous savons que ce travail était effectué après le placement des tambours des colonnes et avant de placer le chapiteau.

Le temple est construit, comme tous les autres, face à l'orient.


Italie - Sicile - Sélinonte : Plan du temple C dédié à Apollon
Sélinonte : Plan du temple C dédié à Apollon

Temple C dédié à Apollon

(Acropole)

 

Le temple, construit vers les années 560 et 550 avant J.-C., est tourné vers l'orient. Les quatre marches de la plateforme l'élèvent un peu par rapport au sol, mais sans que cela soit trop apparent.

Les dimensions du temple sont les suivantes : 71,07 mètres de long et 26,62 mètres de large pour une surface de 1891,8834 m², ce qui constitue un énorme périptère de 42 colonnes, 6 dans la façade et 17 de chaque côté. La grande plateforme est accessible du côté oriental à l'aide de huit marches moins élevées.

La cella, longue de 39,81 mètres et large de 8,93 mètres, était précédée d'une file de quatre colonnes. Le naos était précédé d'une simple antichambre in antis, décorée avec quatre colonnes et accessible à l'aide de deux marches, et d'un adyton, la partie intérieure et inaccessible du temple, et suivie, dans la partie postérieure, d'un vestibule (opisthodome). Chaque colonne, qui a un diamètre de 1,94 mètre à la base et de 1,50 mètre au sommet, mesure 8,60 mètres de hauteur.

Un tremblement dévastateur détruisit le temple et les colonnes tombèrent dans un ordre presque parfait, suivant des lignes parallèles, du Sud vers le Nord. Jole Bovio Marconi réussit entre 1925 et 1927 à reconstruire assez fidèlement 13 colonnes du côté septentrional. L'histoire locale attribue la chute des temples de Sélinonte à une violente secousse de la terre qui se produisit au moment où Jésus Christ respira pour la dernière fois.


Italie - Sicile - Sélinonte : Plan du temple D dédié à Athéna
Sélinonte : Plan du temple D dédié à Athéna

Temple D dédié à Athéna

(Acropole)

 

Construit vers la fin du VI° siècle avant J.-C., le temple présente une architecture de type commun en Grèce. Il s'agit d'un quadrilatère qui mesure 58,78 mètres de long et 26,80 mètres de large, ce qui représente une surface de 1575,304 m². Il a six colonnes sur les côtés courts et quatorze sur les autres. Chaque colonne de 7,51 mètres de haut, a un diamètre à la base de 1,67 mètre et de 1,15 mètre au sommet.

L'intérieur du noyau essentiel regroupe la cella des dieux (naos : 37,64 mètres de long et 8,27 mètres de large), précédée d'un portique d'entrée (pronaos) à deux colonnes soutenant les murs de la nef, celle-ci étant également munie d'un kiosque (adyton) où se trouvait la divinité. D'après une dédicace trouvée pendant le siècle dernier parmi ses ruines, le temple semble être dédié à Athéna, divinité importante du panthéon sélinontin.

Nota : Le temple D dédié à Athéna est de taille légèrement inférieure à celle du temple de Zeus d'Olympie.


Italie - Sicile - Sélinonte : Plan du temple A dédié à Castor et Pollux
Sélinonte : Plan du temple A dédié à Castor et Pollux

 Temple A dédié à Castor et Pollux

(Acropole)

 

Ce temple, bâti vers les années 485-460 avant J.-C, était un périptère hexastyle dorique avec 6 colonnes du côté de la largeur et 14 du côté de la longueur. Il formait un quadrilatère de 42,60 mètres de long et 18,26 mètres de large et occupait une surface de 777,876 m². Chaque colonne, d'une hauteur de 6,23 mètres, avait un diamètre de 1,34 mètre à la base et de 1,06 mètre au sommet.

A l'intérieur du temple, on trouve la cella de la divinité (naos : 24,66 mètres x 7,768 mètres), précédée d'une porte d'entrée (pronaos) avec deux colonnes qui soutiennent les murs de la nef. Elle comporte également un kiosque (adyton) pour la divinité, et derrière, un vestibule (opisthodome) in antis avec deux colonnes.

Deux escaliers en colimaçon, des deux côtés de la nef, conduisaient au toit.

Le temple, de même que son jumeau le temple O, était dédié à Castor et Pollux.


Italie - Sicile - Sélinonte : Plan du temple B ou d'Empédocle avec restitution du pavement coloré de l'époque
Sélinonte : Plan du temple B ou d'Empédocle avec restitution du pavement coloré de l'époque

 

 

Temple B ou d'Empédocle

(Acropole)

 

Que ce temple fut dédié à Empédocle, le philosophe agrigentain qui élabora la théorie de la mutation des âmes, n'est qu'une simple hypothèse. Ce temple est une sorte de remerciement à Empédocle qui avait libéré de la malaria la ville de Sélinonte en dirigeant les œuvres de drainage des eaux.

 

Mais, devant le manque d'éléments précis permettant de décider à qui était dédié le temple, nous nous tiendrons aux aspects techniques.

 

Il s'agit d'une construction helléniste in antis, avec quatre colonnes ioniques. Le temple mesure 8,45 mètres de long et 4,60 mètres de large et occupe une superficie de 38,87 m².

La construction daterait de 300 avant J.-C..

Italie - Sicile - Sélinonte : Ruines du temple B (dédié à Déméter ou à Empédocle) - Sur la droite, deux tambours tombés au sol d'une colonne du temple C
[NU906-2019-1488] Sélinonte : Ruines du temple B (dédié à Déméter ou à Empédocle) - Sur la droite, deux tambours tombés au sol d'une colonne du temple C

Pêle-mêle (Acropole)

Fortifications, Quartier punique, Temple R, Grande rue Nord-Sud, Quartier FF1


Sources

 

Textes :

Pour une relecture des métopes de l'Héraion de Sélinonte, Pierre Lévêque, In: Dialogues d'histoire ancienne,

                                                                                                                                                                                                    vol. 22, n°2,1996

Sélinonte, arretetonchar.fr

Sélinonte, Le charme de la civilisation grecque et carthaginoise, Giuseppe Di Giovanni, Editions Di Giovanni, 1991

 

Plans :

Greek Doric Temples, Selinunte A 485-460 BC, greekdorictemples.com

Greek Doric Temples, Selinunte D 570-560 BC, greekdorictemples.com

Parco archeologico di Selinunte e Cave dei Cusa, 91022 Castelvetrano (TP)

Plan des temples C, E, F et G, wikiwand.com

Plan restitué du temple d'Empédocle dans l'acropole à Selinonte, Jakob Ignaz Hittorff, royalacademy.org.uk

 

Aide à la compréhension

Le monde grec - Architecture des temples, clg-rieu.ac-aix-marseille.fr

 

Photos :  2005

Photos numériques :  2019