Trois oasis sahariennes présentent au point de vue architectural les caractéristiques du style soudanais ;  ce sont les trois villes flamboyantes qui encerclent le Tademaït : In Salah, Adrar  et  Timimoun, " l'oasis rouge " qui en est la reine.

 

Timimoun est bâtie sur le ressaut septentrional du Tademaït ; elle est séparée des grandes dunes par la palmeraie et la sebkha, dépression analogue au lac Léman par sa forme, sa grandeur et sa disposition. Le dessèchement date de quelques centaines d'années ; des noms de villages aux assonances maritimes attestent encore d'une époque où l'on naviguait sur le lac :  Aghelman, le mot touareg de lac, que les Arabes prononcent Hadj Guelman ; El Mers, le port ; El Marsa, la rade. Dans certains endroits de la région de Deldoul, il est encore impossible de traverser la sebkha sans risquer l'enlisement.


 

Les palmeraies du Gourara s'étendent dans les bas-fonds salins, couvrant environ 80 kilomètres de long sur 25 à 30 kilomètres de large ; grandes productrices de dattes, elles abritent encore d'autres arbres fruitiers : figuiers, vigne, amandiers, grenadiers, ainsi qu'un arbuste curieux, le khouka (Celtis integrifolia).

 

La foggara est une canalisation souterraine construite pour alimenter les jardins lorsqu'il n'est pas possible de creuser des puits. C'est un boyau de 2 à 10, voire 15 kilomètres de développement, et de 1 à 1,20 mètre de diamètre, ce qui permet le déplacement d'un homme courbé lorsqu'il faut effectuer des travaux d'entretien. En surface, les cônes de déblais (maçonnés en ville) jalonnent le trajet de la foggara entre la nappe et le bassin de réception. Construits tous les 12 à 15 mètres, ils protègent l'orifice en permettant de surveiller l'écoulement et, au besoin, de descendre dans la foggara pour déblayer le point précis de la galerie qui viendrait à être obstrué.

Il est à remarquer que, si l'eau ruisselle à environ 8 ou 10 mètres sous la surface, la pente légère (quelques millimètres de dénivelé par mètre) assure la continuité de l'écoulement, plus importante que le débit.

Au débouché de chaque canalisation, dans la palmeraie, l'eau se déverse dans un bassin ; à la sortie, l'eau passe par une plaque de cuivre - ou de terre cuite - percée de trous (« chebka »), puis par un dispositif répartiteur (« kassis » ou « kesra » : peigne) pour être redistribuée par les « séguias » (rigoles) qui parcourent la palmeraie, vers les jardins, après que son débit ait été soigneusement mesuré.


La foggara est conçue sur le modèle des « qanat » de Mésopotamie et de Perse, dont Hérodote a fait mention dès le V° siècle avant Jésus-Christ. « Le travail de creusement progressait d'aval en amont, c'est-à-dire qu'on a attaqué la nappe souterraine à son point d'affleurement et qu'on a poussé la galerie horizontale jusqu'à ce que le débit soit devenu suffisant ».

Le mot foggara, à l'étymologie incertaine, rappelle les formes arabes « f'qr » (creuser) et « fedjara » (donner une issue à l'eau, la faire couler).




Le Gourara  - Timimoun
Le Gourara, c’est d’abord une couleur : le rouge, mais pas n’importe lequel, le rouge désert. Celui de sa reine, Timimoun, oasis entre les oasis. Cet ocre si particulier qui pare les maisons, les édifices publics et même les monuments aux morts, resplendit dans la lumière, contraste superbe avec l'or du sable et le bleu du ciel et de l’eau.

 

Timimoun est connue à travers le Sahara pour la splendeur de ses jardins et le mystère de ces noms aux consonances marines : Aguelman (lac), El Mers (le port), El Mersa (la rade), du temps de cet ancien lac, mort il y a des siècles. Reste aujourd’hui de l’eau en abondance qui circule dans les canaux de l’un des plus géniaux systèmes d’irrigation inventés par l’homme, unique au monde, les foggaras. Cette abondance, accompagnée d’un travail harassant d’entretien, permet la naissance de potagers lumineux, de vignes, de figuiers, d’amandiers… Un véritable paradis que la population d’origine diverse (Haratines, Zénètes, Chaâmbas, Chorfas, etc.) s’emploie à préserver.
Timimoun, c’est aussi la célèbre fête du S’boue, farandole de musique, de danse et de chants sacrés, commencée le jour du Mouloud et close six jours plus tard (le s’boue, soit septième jour) en apothéose à El Hafra, près du mausolée de Sidi El Hadj Belkacem, en présence de milliers de spectateurs venus des zaouïas de toute la région.

 

Le miracle des foggaras
L’abondance de la végétation en eau n’est pas, dans le Touat et le Gourara, la conséquence d’une situation climatique exceptionnelle. Ici, l’aridité du désert est la règle. Seule l’action de l’homme a permis la vie. Depuis longtemps, vraisemblablement depuis l’Antiquité, les communautés ont mis au point l’un des systèmes les plus perfectionnés et les plus ingénieux d’irrigation et d’alimentation en eau, en tout cas l’un des plus étonnants aussi : les fameuses « foggaras », galeries souterraines creusées à travers les formations aquifères, généralement gréseuses, où l’eau est captée par capillarité, et qui à ce jour font l’admiration des techniciens modernes de tous bords.
La pente de ces conduites est calculée de telle sorte que, par le seul jeu de la pesanteur, l’eau s’écoule jusqu’au lieu de son utilisation. Parfois, ce drainage souterrain s’enfonce sur plus de dix kilomètres à l’intérieur des plateaux – 4000 kilomètres au total sur le Touat. Or il faut retenir que, généralement, le passage des conduites permet tout juste celui d’un homme, accroupi de surcroît. Il y a certes, en moyenne tous les dix mètres, une « cheminée » d’aération qui s’ouvre au dessus du boyau.

 


Un commentaire ?

Un formulaire est à votre disposition :-)



Sources

Textes :

"Algérie", Les Guides bleus, Hachette, 1977

Algérie : Le plus beau désert du monde, ont.dz

Jacob Oliel, La foggara : un ingénieux système d'irrigation, Cercle algérianiste

 

Photos :  1980