Le Ziban "Dahraoui" de Tolga est la partie la plus riche des Zibans ; c’est là que l'on trouve le plus gros pourcentage de belles palmeraies, avec des dattes le plus souvent d'une qualité exceptionnelle ; la capitale en est Tolga. Elle était un centre de déplacement tels que pèlerinage, migration, voyage d'agrément ou spirituel. Elle est située sur la route de Bou Saada ; une quarantaine de kilomètres la sépare de Biskra.

 

Tolga était un site stratégique, a dit al-Bakri dans son livre "les chemins et royaumes" : la chaussée du Nord du Maghreb central à Kairouan (Tunisie) passe par Tolga. C'est la plus grande oasis et l’une des plus anciennes villes des Zibans, mais les descriptions qu'en ont laissées les géographes et les historiens arabes ne sauraient s'appliquer à ce que l'on voit aujourd'hui.


Tolga, qui a été romaine, possède un castrum avec six tours bien conservées dans lesquelles s'enchevêtrent les bâtisses des Sahariens. Elle renferme encore un grand nombre de mosquées, de zaouïas et de koubbas. La grande mosquée est construite en pierre, ce qui est assez rare dans les Zibans ; les chapiteaux et quelques colonnes appartiennent à l'époque romaine. La mosquée n'a point de minaret, elle est surmontée de coupoles demi-sphériques ou ovoïdes.

L'oasis possède de nombreuses sources et des puits ; son approvisionnement en eau est abondant ; c'est un véritable appui pour l'irrigation de l'agriculture locale.



 

A 40 kilomètres à l’Ouest de Biskra se dresse Tolga, la capitale de la Deglet Nour, ces « doigts de lumière » à la chair transparente, et dont tout Algérien vous affirmera la supériorité sur toute autre variété de dattes.


Un commentaire ?

Un formulaire est à votre disposition :-)



Sources

Textes :

Algérie : Le plus beau désert du monde, Ont.dz

Safir Temudjin, Tolga, l'ancienne, 31/12/2011

 

Photos :  1978 - 1981