KARNAK


 

 

 

 

Trésor de Chabaka (XXV° dynastie)

 

Ce monument est situé dans la zone septentrionale du Domaine d’Amon-Rê, entre le mur d’enceinte Nord et l’Akh-menou.

 

Le nom du monument et sa date sont révélés par les inscriptions gravées sur les colonnes, qui mentionnent le « Trésor », bâti par le roi Chabaka.



Karnak - Château de l'or de Chabaka
Karnak - Château de l'or de Chabaka

 

La partie actuellement connue de l’édifice est constituée de deux rangées de six colonnes cylindriques en grès, orientées Nord-Sud. La hauteur conservée de la plupart des colonnes varie entre 0,40 mètre et 1,20 mètre environ. Deux colonnes seulement conservent cinq tambours, pour une hauteur d’environ 2 mètres.

L’édifice se trouve sensiblement au-dessous du niveau de circulation environnant. Les douze colonnes, en effet, se dressent actuellement à l’intérieur d’une fosse rectangulaire profonde d’environ 2 mètres. La nature évidemment artificielle de cette fosse et l’état de conservation des colonnes laissent supposer que, à une époque récente, les deux colonnes les plus hautes devant dépasser légèrement du niveau de circulation, le site fut l’objet d’un déblaiement rapide, peut-être conduit par A. Mariette, qui atteignit le niveau de la base des colonnes. Il n’y a aucune trace de fouilles postérieures à cette intervention.


Il est évident que la colonnade de Chabaka, aujourd’hui visible, n’est qu’une partie d’un ensemble plus vaste. Situé à l’intérieur de son domaine religieux, le Trésor de Chabaka d’Amon était à la fois le lieu de stockage des matériaux précieux, manufacturés ou non, et un lieu de consécration de ces matériaux. La partie magasin devait comprendre plusieurs pièces où entreposer les matériaux et était sans doute complétée par une contrepartie cultuelle. La colonnade ne serait donc qu’un espace de distribution de la circulation ou d’accès monumental à un édifice qu’il faut imaginer plus étendu. Cette extension, qui devait exister mais dont on ne peut, en l’état actuel des recherches, préciser ni l’étendue ni l’aspect, pourrait être encore conservée au-dessous des niveaux plus récents que constituent les deux mètres de stratigraphie entourant la colonnade.



A proximité, un pressoir à huile. A partir des v° et VI° siècles, les coptes ont commencé à utiliser les anciens lieux pharaoniques pour leur propre usage. Les ermites et les autres membres du clergé se servaient à cette époque de pressoirs afin d’obtenir de l’huile d’olive et de sésame.


Un commentaire ?

Un formulaire est à votre disposition :-)



Sources

Texte :

LE TRESOR DE CHABAKA, CFEETK – Centre Franco-Égyptien d'Étude des Temples de Karnak

 

Plan :

Karnak - sanctuaires osiriens, Institut français d'archéologie orientale

 

Photos (Jacques et Simon VONBANK) : 1973


Karnak - Plan du site
Karnak