Basilique paléochrétienne Panayia Chrysopolitissa (Paphos)

 

En plein cœur de Kato Paphos (ville basse), se trouvent les merveilleuses ruines de la basilique de la Vierge de la Cité d'Or (Panagia Chrysopolitissa). Construite dans la seconde moitié du IV° siècle, ce fut l'une des plus grandes basiliques de Chypre. Il en subsiste les fondations, de belles mosaïques et de nombreuses colonnes, dont le célèbre " pilier de Saint-Paul ". Centre de la ville au Moyen Âge, la basilique a été plusieurs fois remaniée.


La Basilique

Elle a été construite à l'emplacement de ce qui est supposé avoir été l'une des premières églises au monde. Cette dernière aurait été érigée en 45 après J.-C. lors du passage des apôtres Barnabé, Paul et Marc venus de Salamine, et détruite lors d'un tremblement de terre en l'an 59. La basilique comptait à l'origine 7 nefs, qui ont été ramenées à 5 au cours du VI° siècle lors de la construction d'un palais épiscopal dans la partie Sud. La basilique est endommagée au début de l'occupation arabe de 653-688, - De cette période, 9 colonnes conservent des inscriptions en arabe, des invocations à Allah -, puis détruite lors d'un tremblement de terre en 685. A la fin du VII° siècle, une plus petite église byzantine est reconstruite dans la partie Nord-Est de l'ancienne basilique. Cette dernière est remaniée au XI° siècle puis disparaît lors d'un séisme en 1159. C'est à cet emplacement que se trouve l'actuelle église Agia Kyriaki Chrysopolitissa.

 

Mosaïques de la basilique

Tout le long des passerelles installées au-dessus des fondations de la basilique, on peut admirer des mosaïques entières ou en fragments. Elles datent des IV° et VI° siècles. Conformément aux canons de l'art paléochrétien, les représentations humaines sont ici proscrites, mais les artistes sont alors passés maîtres en matière de motifs géométriques, floraux et animaux, tous porteurs de symboles.

 

Ruines de l'église latine (dans la partie Nord du site)

Les archéologues pensent qu'il s'agit de la cathédrale catholique de Paphos construite à la fin du XIII° siècle ou au début du XIV° siècle par les franciscains. De style gothique et composée de trois nefs, elle comptait également une chapelle funéraire. Remaniée au début du XVI° siècle, elle fut abandonnée après l'arrivée des Ottomans en 1571. Quatre statues d'anges du XVI° siècle découvertes sur place dans les années 1980 sont conservées au musée archéologique de Paphos.

 

Pilier de Saint-Paul (au Nord du site, près des ruines de l'église latine)

Selon la tradition locale, c'est à cette colonne de marbre blanc haute de 1,70 mètre que saint Paul fut flagellé par les Romains lors de son passage à Paphos avec Paul et Barnabé en l'an 45. Alors qu'il recevait 39 coups de fouets, l'apôtre serait parvenu à convertir le proconsul de Chypre Sergius Paulus qui assistait à la sentence. Cité dans les Actes des Apôtres, Sergius Paulus serait ainsi devenu le premier notable romain à se convertir au christianisme. En revanche, aucune source ne mentionne le pilier, mais seulement une cellule souterraine où saint Paul aurait été détenu.

 

Église Agia Kyriaki Chrysopolitissa (à l'Est du site, sur les ruines de l'abside de la basilique)

Ancienne cathédrale orthodoxe du quartier de Kato Paphos, cette église de style byzantin et de dimensions assez modestes est " l'héritière " de la grande basilique paléochrétienne. Elle a été érigée dans les premières années de la période vénitienne, au début du XV° siècle avec de nombreux matériaux provenant des anciennes églises du site. Elle est dédiée à sainte Dominique (Agia Kyriaki), martyre du III° siècle, et reprend le nom de l'ancienne basilique à l'emplacement de laquelle elle s'élève, Chrysopolitissa (" Cité d'or ").


Paphos : Plan du site de la Basilique paléochrétienne Panayia Chrysopolitissa - Chypre
Paphos : Plan du site de la Basilique paléochrétienne Panayia Chrysopolitissa

Il existe en fait plusieurs églises, à plan basilical, situées dans les ruines de la ville basse de Paphos. Le plan permet d’en repérer trois.


Il y a d’abord une grande basilique (en noir sur le plan). C’était une église dotée d’une grande nef à 5 vaisseaux (ou bien une nef à 3 vaisseaux mais entourée d’une galerie). Le vaisseau principal était séparé de chacun des collatéraux par un grand mur porté par une colonnade formée de colonnes à fût cylindrique. Très probablement des linteaux ou architraves rectilignes et en bois étaient posés sur ces colonnes afin de supporter le mur. Le sol était recouvert d’un pavement orné de poissons ou de croix, symboles d’appartenance au christianisme.


Le deuxième édifice (en bleu sur le plan) est, tout comme la grande basilique, lui aussi ruiné. D’après la documentation, cet édifice serait gothique. Cette information nous surprend quelque peu car le plan de l’édifice (nef triple avec absides en prolongement des vaisseaux et piliers quadrangulaires) n’est pas celui d’une église gothique. Surtout dans cette région du Proche-Orient où les églises de l’époque gothique ont eu des plans en croix.


Il en est de même pour la troisième église, Agia Kyriaki Chysopolitissa (en rouge sur le plan). Cette église, encore debout, a été attribuée à une époque relativement récente (vers 1500 selon certaines sources). Son plan est néanmoins celui d’un édifice plus ancien, peut-être antérieur à l’an 1000.

 

La première église (en noir sur le plan) est bien paléochrétienne. Elle pourrait même être, selon nous, antérieure aux édits de Constantin (vers 330) qui ont reconnu le catholicisme comme religion d’état.
Les deux autres églises pourraient elles aussi dater du premier millénaire. Du moins leurs bases, car dans cette région sismique, beaucoup de monuments ont dû subir des réparations au cours des siècles.


Ceci étant, le fruit de ces dernières réflexions est le résultat d’observations effectuées à plusieurs milliers de kilomètres de là, en Europe Occidentale. Il est possible qu’en Proche-Orient les évolutions n’aient pas suivi le même chemin.


 

Ruines de la Basilique paléochrétienne Panayia Chrysopolitissa


 

Église Agia Kyriaki Chrysopolitissa (intérieur)


Un commentaire ?

Un formulaire est à votre disposition :-)



Sources

 

Texte :

Site archéologique de la Basilique Panagia Chrysopolitissa, petitfute.com

 

Texte/Plan :

Premier millénaire - L'Histoire et l'Architecture des édifices de cette période - La basilique paléochrétienne

                                                                                                    Panayia Chrysopolitissa de Paphos (Chypre), millenaire1.free.fr

 

Photos numériques :  2012